jeudi 27 juin 2013

Les Stagiaires


Été 2005. « Serial Noceurs » (Wedding Crashers en VO), petite comédie sentimentale américaine sans prétention réalisée par David DobkinShanghaï Kid 2 », mais surtout le plutôt réussi « Clay Pigeons »), surgit de nulle part et crée la surprise au box office us avec plus de 209 millions de dollars amassés pour un budget modeste de 40 millions. Duo d'acteurs acolytes, caméo de luxe bien senti, galerie de personnages loufoques sous leurs apparences conventionnelles, révélation Bradley Cooper, et pitch amoral pourvoyeur de plusieurs pépites burlesques seront les ingrédients miracles de « Serial Noceurs ».
Ayant un temps envisagé d'offrir un petit frère au film estampillé Frat Pack – une brochette de comédiens complices on et off-screen dont font bien évidemment partie Owen Wilson & Vince Vaughn, héros de « Serial Noceurs » – Vince Vaughn eut finalement l'idée d'une nouvelle comédie, après avoir vu un reportage sur Google à la télévision, servie sur un plateau d'argent pour réunir le tandem, intitulée « Les Stagiaires ».
Exit Dabid Dobkin, c'est Shawn Levy qui se charge cette fois de mettre en boîte les pitreries de la paire Wilson / Vaughn. Adepte des films légers et potaches « Treize à la douzaine », « La nuit au musée 1 & 2 », « Crazy Night », Shawn Levy s'était démarqué de son style habituel en 2011 avec le long métrage « Real Steel », produit par Steven Spielberg, sorte de combinaison étrange entre le drame et la science-fiction. « Les Stagiaires » se profile donc comme un retour aux sources pour le réalisateur américain.
Synopsis Allociné : Billy et Nick, deux quarantenaires dont les carrières ont été pulvérisées par Internet, repartent à zéro en obtenant un stage chez Google, qui peut-être, débouchera sur un job. En compétition des petits génies de l'informatique tout droit sortis de l'école, ils vont devoir prouver qu'ils ne sont pas des dinosauress …
Il est bien loin le temps des « Zoolander », « Dodgeball », « Anchorman » et autre « Serial Noceurs », l'âge d'or du Frat Pack n'est désormais plus que l'ombre de lui-même.
Après « The Social Network » et avant « JOBS », voilà donc « Les Stagiaires », troisième long métrage qui s'intéresse à l'univers de la Silicon Valley et de la haute technologie, plus particulièrement Google et son prestigieux campus de Mountain View.

Promotionnel à outrance, « Les Stagiaires » est un spot propagandiste corporate en forme de pub immonde pour Google (une multitude de références à l'univers Google, Google Chrome, Gmail, Hangout, Google drive, la voiture électrique …), dessiné comme une entreprise idéale et humaniste, prête à révolutionner le monde. Un infâme remake de « Serial Noceurs », qui gommerait tous ses atouts (le casting 4 étoiles, les situations déjantées) pour ne conserver que les pires artefacts : logorrhée improductive de Vince Vaughn, gags sur ses crises hyperphagiques, Owen Wilson charmeur insoupçonné, love story à deux balles avec la monolithique Rose Byrne, scénario très (trop!) simpliste …
Les personnages sont certes toujours farfelus, mais vraiment peu attachants, le bad guy Max Minghella exécrable, les vannes ne font pas mouche. Ainsi l'entretien d'embauche en visio-conférence, la rencontre fortuite avec un faux Professeur Xavier, la partie de Quidditch moldu, le caméo de Will Ferrell (autre membre de la troupe), les répliques censées faire rire (« Hunger Games mental »), le jeune nerd amoureux d'une prof de danse, la scène dans le stripclub… sont autant de cocasseries qui font plouf.
Et ce n'est pas lorsque le film prend une tournure davantage mature, où les interrogations se portent sur les préoccupations réelles des travailleurs d'aujourd'hui, la Crise économique mondiale, ses conséquences sur la jeunesse en quête d'emploi, que l'ensemble se rattrape, puisque Vaughn ne fait que survoler son sujet, manifestement gribouillé sur un coin de nappe, tout du moins googlé sur Internet via les mots – recherches suivants : « 3 act structure », « buddy movie », « underdog story » et « computer nerds ».
De même, « Les Stagiaires » se vautre complet avec le déroulement des défis entre les équipes, pas fun pour un sou et archi pompés sur certaines séquences de « Serial Noceurs » : l'affrontement sportif, la création d'une appli pour Smartphones, le méchant qui exécute quelques recherches sur nos héros – protagonistes afin de les balancer.
Enfin, les nombreux clichés véhiculés (le boss solitaire atteint du syndrome d'Asperger, les nerds forcément puceaux, la femme objet) contribuent à alourdir considérablement la facture, même si les deux compères tentent vainement de livrer un maximum de références old school pour contrebalancer les clins d'œil technologiques en tout genre, en vue de présenter THE comédie branchée.
Owen Wilson & Vince Vaughn livrent des prestations fades, sur une palette de jeu sans variation ni surprise – une bromance triomphante et réalisation du rêve américain. Rose Byrne remplace Rachel McAdams dans le rôle de la bien-aimée très sérieuse, le charme en moins. Max Minghella reprend à peu de choses près les traits de personnalité de Bradley Cooper dans « Serial Noceurs », sauf que le jeune comédien n'a ni le talent, ni le charisme de son aîné.

Seul point positif : la perspective de Shawn Levy, qui filme l'entreprise Google de façon assez similaire au musée de « La nuit au musée » : un huit-clos transformant l'Amérique en vitrine fascinante à entertainment. Une transposition réussie de la firme à l'écran avec des décors et un style donnant une impression de pragmatisme fantasmé.
Et si Shawn Levy, yes man malicieux, portait plus de talent qu'on ne le pense ?
Saluons également la photographie du film, légère et colorée, inspirée par celle du long métrage de David O'Russell « J'adore Huckabees », reproduisant à merveille la peinture de la Silicon Valley.

Bilan : Le Frat Pack, célèbre gang dont Ben Stiller & Jack Black sont les frontmen, enfante aujourd'hui les désastreux « Stagiaires », apologie tout en couleurs à la gloire du géant américain des moteurs de recherche Google. Tantôt homme des créatures animées (« La nuit au musée »), tantôt démiurge des robots (« Real Steel »), Shawn Levy est aujourd'hui l'auteur de cette comédie au ras des pâquerettes, compilation des maladresses et idioties de « Serial Noceurs ».
 
La Bande Annonce du film Les Stagiaires:
 
 
NOTE: 4/10
 

5 commentaires:

  1. Je te trouve un peu dur quand même! Certes le film n'est pas révolutionnaire, mais il offre tout de même un moment agréable. Après, justement, je trouve que si le film fonctionne c'est uniquement grâce à Owen Wilson et Vince Vaughn, qui m'ont toujours été sympathique, et qui sauvent le film. Si ça avait été deux inconnus, là le film aurait vraiment été vraiment très moyen. Et j'ai trouvé le scénario assez intelligent au niveau de l'écriture, les monologues étaient franchement pas bêtes dans leurs propos et dans l'impact qu'ils cherchent à produire. Un bon moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erf, j'ai vraiment eu du mal avec celui là justement parce que j'adore Owen Wilson & Vince Vaughn dans Serial Noceurs, ce qui a aiguisé mon sens critique.

      Pour le fond, je suis d'accord, c'est assez "intelligent", mais finalement quand on s'y penche de plus près, ça vole pas haut quoi ...

      Cela dit, je suis d'accord avec toi, j'ai peut être été "bourrin" dans ma note finale, un peu sévère. Le film m'a détendu, c'est déjà bien.

      J'ai lu & adoré ta critique au passage :)

      Supprimer
    2. J'avais zappé de te répondre tiens, désolé ^^
      Je comprend que tu aies pu être déçu si tu avais des attentes particulières.
      De mon côté j'y suis allé vraiment comme ça, j'avais pas vu de bandes-annonces, ni même lu le synopsis. Ca a surement joué dans le fait que j'ai été plus indulgent :)

      Ahah merci c'est très gentil :)

      Supprimer
  2. Still not playing Solitaire on your mobile? Download The Coolest Version (Works on Android & iOS)

    RépondreSupprimer
  3. BlueHost is definitely the best web-hosting provider with plans for any hosting requirements.

    RépondreSupprimer