dimanche 13 janvier 2013

Renoir

Un film sur le peintre Renoir et le cinéaste Renoir ?  Un double biopic en somme ?
Pourquoi ne pas se laisser tenter, d'autant plus que l’on retrouve au casting du long métrage réalisé par Gilles Bourdos (« Et après ») et présenté à Cannes l’année dernière catégorie « Un Certain Regard » la pétillante Christa Théret et le trop rare Michel Bouquet.


Synopsis (source : Allociné) 1915. Sur la Côte d'Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé...Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu'il n'attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.
Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l'astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l'opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste...


« Renoir » est un film étonnant, lorgnant plus volontiers du côté d'un long métrage de Terrence Malick à la française que du biopic académique.


Michel Bouquet y incarne avec brio le célèbre Auguste Renoir. Son interprétation touche avec grande empathie le spectateur qui assiste, impuissant, au désespoir d’un homme meurtri par l’âge. Christa Théret, actrice espoir du cinéma français, au timbre de voix si particulier, interprète avec justesse une jeune fille rayonnante, muse à la fois du peintre et du futur cinéaste, le père et le fils alternativement. Ses apparitions dénudées sont un émerveillement. À côté de la révélation de « LOL » se trouve Vincent Rottiers, acteur aux faux airs d'Edward Norton, crédible en fils de Renoir.


     

« Chez les Renoir, on se refuse à broyer du noir » s'exclame Michel Bouquet à un moment donné. Le film de Gilles Bourdos recèle, en effet, un bien être surprenant, mieux, une délectation esthétique très accessible. Nul ne peut rester indifférent à la beauté de certaines scènes, ainsi qu’aux paysages somptueux de la Côte d’Azur, si bien représentés.
 
Frustration, en revanche, la partie sur l'évolution du fils Renoir en apprenti cinéaste a été totalement occultée.


Bilan : Un faux biopic sur les Renoir, des allures de film contemplatif Malickien. Un long métrage conseillé aux amoureux de la peinture et des panoramas Méditerranéens.

La Bande Annonce de Renoir:


NOTE: 6/10

2 commentaires: