jeudi 24 octobre 2013

Thor : Le Monde des ténèbres

Depuis que Marvel a enclenché la phase 2 de son univers cinématographique partagé, certaines mesures qualitatives ont été prises. « Iron Man 3 » gommait les défauts gênants de son prédécesseur en s’articulant véritablement autour de la figure incarnée par Robert Downey Jr. En résultait un film plus humain, plus réaliste, plus intéressant et de bien meilleure qualité. Certains criaient au « spectacle à tout prix » qui cannibalisait la patte artistique Shane Black, tandis que d'autres étaient au contraire beaucoup plus tempérés en louant l'apposition de la griffe du célèbre scénariste / réalisateur.

Pour « Thor : Le Monde des ténèbres », Marvel semble avoir appris par cœur la leçon « The Avengers » sur le plan du spectacle et de l'entertainment. Sans pour autant atteindre le niveau du cross-over épique qui nous a tant séduit l’an dernier, « Thor 2 » assure l'essentiel : un divertissement assuré de bout en bout ! Ce qui n’était pas le cas du premier opus, franchement dispensable il faut l'avouer. Le constat est quelque peu surprenant dans la mesure où l’on s'attendait à largement pire suite aux déboires qu’a connu la production : différents artistiques avec la première réalisatrice affiliée au projet (Patty Jenkins, CQFD) et licenciement de cette dernière, tension grandissante entre le compositeur Carter Burwell, le réalisateur Alan Taylor et le boss Marvel Kevin Feige, scénario retouché par le script doctor Joss Whedon, rumeur persistante selon laquelle Alan Taylor aurait été évincé de la salle de montage et des retakes, eux-mêmes réalisés à deux mois de la sortie, discordances sur la durée du long métrage …
Synopsis Allociné : « Thor : Le Monde des ténèbres » nous entraîne dans les nouvelles aventures de Thor, le puissant Avenger, qui lutte pour sauver la Terre et les neufs mondes d'un mystérieux ennemi qui convoite l'univers tout entier. Thor se bat pour restaurer l’ordre dans le cosmos, mais une ancienne race, sous la conduite du terrible Malekith, un être assoiffé de vengeance, revient pour répandre les ténèbres. Confronté à un ennemi que même Odin et Asgard ne peuvent contrer, Thor doit s’engager dans son aventure la plus dangereuse et la plus personnelle, au cours de laquelle il va devoir s’allier au traître Loki pour sauver non seulement son peuple et ceux qui lui sont chers, mais aussi l’univers lui-même.
Au même titre qu’« Iron Man 3 », le film prend place après « The Avengers ». Tous les personnages de l’opus précédent sont à nouveau réunis pour faire face à une menace maléfique. Le scénario ne fait pas dans la dentelle ni dans l'originalité et c’est probablement là le plus gros souci. Si l’écriture ne souffre d'aucune incohérence majeure quant au déroulement de l'intrigue, les facilités scénaristiques sont cependant légion pour que l’histoire puisse suivre son cours. Le constat est similaire en ce qui concerne la caractérisation des protagonistes, relativement sommaire. Jane Foster (Natalie Portman) reste cantonnée au rôle de potiche faire-valoir et sans défense, même si sa présence entraîne davantage de dramaturgies in finale. Les deux grosses déceptions proviennent de Loki – méchant mémorable de « The Avengers » – hélas trop peu présent dans cette aventure, malgré l'incroyable talent de Tom Hiddleston qui méritait sans doute mieux, et surtout de Malekith, le bad guy interprété par un Christopher Eccleston bien fade, n'apportant que très peu de saveur et de prestance à son personnage. Paradoxalement, ce sont quelques rôles secondaires (Jaimie Alexander, Zachary Levi, Idris Elba …) qui sortent du lot et bénéficient d’un traitement plus soigné, même s’ils auraient certainement gagné à être également plus étoffés (notamment dans les relations qu'ils entretiennent entre eux). La prestation de Kat Dennings, hilarante, est à retenir et prouve à elle seule que Marvel sait y faire pour doser l’humour. Comique de situations et de gestes, punchlines tordantes … les acteurs tout comme la mise en scène parviennent sans mal à nous faire souffler et sourire entre deux scènes d’action.
La mise en scène justement, parlons-en. Alan Taylor met son talent issu de la série à succès « Game of Thrones » (dont il a signé plusieurs épisodes) à profit d’un cadrage fluide et respectueux des codes esthétiques mis en place par Kenneth Branagh dans le premier film : le royaume d’Asgard jouit d’une plastique toujours aussi sophistiquée. Les nouveautés liées aux super pouvoirs et aux équipements de haute technologie offrent une valeur ajoutée non négligeable et un spectacle encore plus attrayant. Taylor apparaît également assez à l’aise avec l’action, notamment dans le final épique en plein cœur de Londres qui n’est pas sans rappeler le climax à New York de « The Avengers ». On ne s'ennuie pas ou peu jusqu'à l'épilogue, malheureusement assez quelconque, mais largement rattrapé par une scène post-générique excitante qui n'augure que du bon pour la suite des aventures Marvel sur grand écran.
Au final, malgré des défauts certainement imputables au development hell (on devine aisément le montage à la hache), « Thor : Le Monde des ténèbres » est une suite efficace et satisfaisante, qui remplit le cahier des charges en garantissant son contrat premier : divertir.

Anecdote Allociné : La comédienne Jaimie Alexander, qui incarne Sif dans « Thor : Le Monde des ténèbres », s'est blessée lors du tournage du film à Londres en septembre 2012. Celle-ci a tenu à rassurer ses fans via son compte Twitter en postant plusieurs messages : « Aujourd'hui, je me suis salement blessée sur le tournage […] J'ai de la chance de ne pas être paralysée. Merci de tout cœur à ceux qui se sont occupés de moi […] Je commence à me remettre et je recommencerai à botter des culs en tant que Sif dans très peu de temps ! »
 
La Bande Annonce de Thor : Le Monde des ténèbres:


NOTE: 6/10

Le compte-rendu de la conférence de presse du film:

Sur la façon dont Marvel a évolué, Kevin Feige se remémore le passé : "Il était impossible de changer quoi que ce soit sur les premiers films réalisés : « X-Men » et « Spider-Man ». Avec « Iron Man », j'ai obtenu mon propre studio, plus de libertés et ainsi la possibilité de produire plusieurs films de super-héros. Avec « Thor : Le Monde des ténèbres », j'ai voulu répliquer le plaisir des lecteurs de comics et amener un nouveau public susceptible d'apprécier le monde des super-héros."

Tom Hiddleston s'est éclaté sur le tournage. Il a adoré interpréter le rôle de Loki, un personnage qu'il caractérise comme complètement dingue : "Thor est le dieu du tonnerre et Loki est le malicieux, donc mon job était de m'amuser." Chaque réalisateur avait une idée spécifique quant à son personnage et chacun a su montrer son charme, son goût pour la provocation mais aussi sa vulnérabilité et ses failles émotionnelles (la colère, la peur...). Ces nombreuses facettes ont rendu le personnage intéressant à jouer pour lui.
Natalie Portman s'est réjouie de travailler à nouveau avec la même équipe à laquelle Alan Taylor a apportée son énergie. Elle ne tarit pas d'éloges sur Chris Hemsworth : "Il est sans défauts : intelligent, drôle, généreux, talentueux, c'est un amour. Surtout comparé à Tom (rires)".
Alan Taylor était quelque peu effrayé à l'idée de travailler avec Anthony Hopkins : "Sa réputation est merveilleuse. Il dit dans son rôle dans « Elephant Man » "Suis-je un homme bon ou un homme mauvais ?". Cette phrase toute simple était si énorme que l'idée de travailler avec celui qui l'avait prononcée m'intimidait énormément." Fort heureusement, les peurs du réalisateur se sont évaporées lors du premier déjeuner avec l'acteur : "Anthony était extrêmement généreux et nous faisait rire sur le tournage. Je le considère comme un immense acteur, le plus grand de sa génération."

Natalie Portman s'est exprimée quant à l'évolution des personnages féminins au sein de l'univers Marvel. Pour elle, ce monde de super-héros montre des femmes identiques aux hommes : "Chacun a des qualités et des défauts. Les deux peuvent être vulnérables, drôles, passionnés. C'est le cas de mon personnage. J'estime que c'est une manière d'aborder la parité sans pour autant dire "Regardez, ce film est féministe !". Toutes les femmes du film, interprétées par Jaimie (Alexander), Kat (Dennings) et Rene (Russo), restent fortes et ont leur personnalité et je pense que c'est important de le montrer.
Tom Hiddleston a été questionné quant aux motivations de son personnage : "Que veut mon personnage au final ? Il ne le sait plus lui même à vrai dire. Fût un temps où il voulait simplement être aimé de ses parents et devenir roi. Mais dans sa nature, il préfère jouer que gagner. Nous verrons à l'avenir s'il est près ou non de ce qu'il considère comme une victoire."

Sur l'atmosphère plus ténébreuse qui a été apportée à cet épisode tout en préservant un certain côté humoristique, Alan Taylor répond qu'il faut mettre la barre plus haut à chaque fois : "On essaie de se rapprocher du public. Ici, on s'est dit qu'on irait dans un univers plus sombre, plus cru et plus réaliste. En même temps, l'humour se devait d'être présent pour garder un certain équilibre. Cette alchimie réussit, c'est le moyen de nous relier au public."
Pour conclure, Natalie Portman a donné son avis sur les gifles qu'elle donne à Thor et Loki durant le film : "C'était très agréable de les gifler. Pour Thor, c'était une gifle d'amour mais aussi de solidarité pour toutes mes sœurs abandonnées qui ne revoient jamais leur bien aimé. Pour Loki, c'était une gifle de vengeance pour tous les new-yorkais !
 
Article rédigé par Guillaume Seel

4 commentaires:

  1. Très bonne surprise, il semble que les erreurs du 1er est finalement servi de leçon... 2/4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en même temps, il reste pas mal d'imperfections je trouve

      Supprimer
  2. Je trouve que le film est super dans l’ensemble. Les effets spéciaux et les costumes sont incroyables.

    RépondreSupprimer
  3. Ever wanted to get free Google+ Circles?
    Did you know you can get these ON AUTOPILOT & ABSOLUTELY FOR FREE by registering on Like 4 Like?

    RépondreSupprimer