vendredi 25 octobre 2013

Au bonheur des ogres

« Au bonheur des ogres » est l’adaptation cinoche du roman éponyme fantaisiste de Daniel Pennac, paru en 1985. Le film est réalisé par Nicolas Bary et bénéficie d’un casting 4 étoiles, réunissant le très prolifique Raphaël Personnaz (rien que cette année : « La Stratégie de la poussette », « Marius », « Fanny » et bientôt « Quai d’Orsay »), la charmante Bérénice Bejo, le cinéaste serbe Emir Kusturica, la jeune première Mélanie Bernier et le nouvellement Césarisé Guillaume de Tonquédec.
Synopsis Allociné : Dans la tribu Malaussène, il y a quelque chose de curieux, de louche, d’anormal même diraient certains. Mais à y regarder de près, c’est le bonheur qui règne dans cette famille joyeusement bordélique dont la mère sans cesse en cavale amoureuse a éparpillé les pères de ses enfants. Pour Benjamine Malaussène, bouc émissaire professionnel et frère aîné responsable de cette marmaille, la vie n’est jamais ennuyeuse. Mais quand les incidents surviennent partout où il passe, attirant les regards soupçonneux de la police et de ses collègues de travail, il devient rapidement vital pour le héros de trouver pourquoi, comment, et surtout qui pourrait bien lui en vouloir à ce point-là ? Benjamin Malaussène va devoir mener sa propre enquête aux côtés d’une journaliste intrépide surnommée Tante Julia pour trouver des réponses.
 
Si le ton loufoque, l’énergie employée et l’humour décalé font parfois relativement mouche, le reste est nettement plus déconcertant. Au premier plan, le gros plantage de l’esthétique rose bonbon kitsch, flashy et surtout ratée. Une véritable surcharge visuelle et paradoxalement une grande peine pour identifier la période durant laquelle l’action prend place : volontaire ? Involontaire ? On ne sait pas vraiment. Quelques idées lorgnant sur l’univers de Jeunet à sauver malgré tout (les jouets explosifs, 2-3 trouvailles de mise en scène …).
Que dire du scénario ? L’intrigue basique – une enquête pour démasquer un suspect d’attentats à la bombe exécutés dans un grand magasin – mêle un peu tous les genres (comédie, romance, polar …) avec panache – on peut se réjouir au passage du fait que Nicolas Bary ne dénature point la prose issue du matériel littéraire de départ, ce qui en soi est déjà pas mal – mais sans vraiment laisser de place aux personnages. Ainsi, même si Raphaël Personnaz & Bérénice Bejo forment un joli couple, leur relation reste indubitablement lisse et sans enjeu. De même, on se fiche un peu de la tripotée de bambins à l’écoute des histoires de leur frère, ou de l’ami au passé trouble incarné par Kusturica.
Bilan : Une adaptation fidèle du roman de Pennac (le charme foutraque, les vers tordants …) et relativement inspirée (Burton, Jeunet, Yann Samuell …), mais qui manque cruellement d’intensité dramatique et de profondeur. Casting hétérogène.
Anecdote : Le roman « Au bonheur des ogres » est le premier tome de la saga de la famille Malaussène, qui comprend en tout 6 romans, dont un – La Fée Carabine – qui a déjà été transposé en images, un téléfilm pour être exact qui date de 1988, scénarisé par l’auteur, Daniel Pennac, et réalisé par Yves Boisset. Tom Novembre y incarnait le rôle de Benjamin Malaussène aux côtés notamment de Fabrice Luchini 
 
La Bande Annonce d'Au bonheur des ogres:
 
 
 
NOTE: 4,5/10

6 commentaires:

  1. J'ai été séduite par le film pour les mêmes raisons que toi, mais ai été moins sévère sur les défauts qui s'y trouvent.

    RépondreSupprimer
  2. Idem que Ashtray-girl, séduit notamment parce que ça correspond à mes souvenirs dans l'esprit du roman (oui je l'ai lu même si ça fait 25 ans !)... Sympa et divertissant, un peu trop style Gondry (mais en moins créatif) mais un bon film... 6/10

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BEAUCOUP moins créatif que Gondry tu veux dire :)

      Supprimer
  3. Personnaz au sommet ...
    http://scarpecine.wordpress.com/2013/11/04/9-mois-ferme-et-au-bonheur-des-ogres-deux-grains-de-folie/

    RépondreSupprimer